Depuis 10 jours que j'écris ce blog, certainement un désir d'écriture qui est remonté, en récupérant l'antériorité et en essayant de respecter la chronologie depuis février sans oublier de faits marquants, j'ai lancé quelques bouteilles à la mer vers des jardiniers et des amis pour avoir, l'autorisation de les citer et de les montrer en photos, mais également  pour obtenir des avis amicaux et objectifs sur la qualité, le style et la pertinence de ces écrits. Je pense avoir reçu plus d'avis amicaux qu'objectifs (lol) :

"Wow!! Bon travail, Christophe!
On n'a pas eu le temps de tout lire, mais j'essaierai de le faire dès que je peux.
Pour les commentaires où nous sommes mentionnées, ça ne gène pas du tout, mais c'est bien de demander"

"mon avis objectif ? tu en es sûr ?

mon avis objectif, c'est que j'adore ton blog et que ça me fait penser que j'oublie tout le temps de vous dire à tous que je suis super content de vous connaître"

"Comme j'ai eu l'occasion d'en discuter avec toi, tu sais que je trouvais que c'était une excellente idée...ceci dit, maintenant que je viens de le parcourir, je trouve que c'est un superbe blog !"


"Il est top ton blog :-) diffuse sans hésiter !"


"ooh la la mais qu'est-ce que c'est que tous ces jolis mots et photos et infos qui fleurissent comme par magie chaque jour et quelle que soit la météo?!?

Franchement je suis fan - d'emblée ;-) - tout ça c'est rien que des graines de gentillesse que tu sèmes dans nos journées. Je n'ai qu'un regret: n'avoir pas le temps de tout lire (et relire) aujourd'hui. Et une envie: connaître la suite des aventures du concombre (et de ses cacahuètes bien sûr ;-)) Longue vie à ton blog et... vive toi!!!"

Face à cette déferlante, je me suis jeté à l'eau (c'est le seul moyen de ne pas se faire emporter par les vagues sur les plages de l'Atlantique ou de la mer du Nord (lol)) et j'ai rendu public le lien du blog sur le site de notre jardin collectif. Le rubicond étant franchi, "Alea jacta est"  comme disait Jules (Desproges traduisait cette citation latine par "ils parlent beaucoup à la gare de l'est" (xpldr).