Nous voila en place avec Fanny. Pas d'autres jardiniers en vue par ce bel après midi ensoleillé avant un dimanche annoncé pluvieux. Voila le programme tel qu'annoncé sur le site du jardin.
"Samedi 14/09/2013, rendez-vous à 14:00 pour jardiner avec Christophe et Fanny,
Tailler le lierre qui donne sur la rue - Déplacer trois ciboulettes - Récolte collective pomme de terre et certainement tomates - Fignolage tonnelle en saule - Jardinage - remuer en surface le bac de remplissage du compost - mur à lézards "

brassage compost 06

C'est le "baptême compost" de Fanny. A peine arrivée, elle s'empare d'une fourche, ouvre le bac de remplissage et le brasse sur la hauteur d'une fourche. Elle connaît déjà le fonctionnement d'un compost, heureusement, je ne suis pas aussi calé qu'Heddi pour faire un cours sur ce sujet. Impressionnant, le compost bouge tout seul. Des milliers de larves grouilles, gigotent et se développent juste sous la surface. Ouf, Fanny fait partie des personnes que le compost, par son odeur ou sa biodiversité groulliante, ne rebute pas. Nous devisons sur ces larves. Ce ne sont pas des larves de punaises, c'est une évidence. Ce doit être les larves de cette grosse mouche que l'on voit voler tout autour de nous. Larves plates et brunes, Fanny penche pour la mouche soldat. Moi, je ne penche vers rien, je ne connaissais même pas l'existence de cette mouche. Dans la soirée, elle envoie ce lien qui confirme sa détermination sur le terrain que je complète par cet article Wikimédia. En résumé, cette mouche, surtout la larve, est sans danger et un auxiliaire important du compostage. Le compost est remué, passons à la suite.

lierre 01lierre 02Le lierre déborde large- ment dans la rue et va bientôt empêcher le pas- sage des piétons et pous- settes. Fanny était venue sans son sécateur et c'est un article que nous n'avons pas dans la malle à outils. Chaque jardi- nier vient avec son séca- teur personnel. Remar- quez, vu la hauteur du mur, un sécateur ne lui aurait servi à rien. Heureusement, il y a de la ressource dans cette malle bleue, le coupe-branche lui permettra de contribuer à la taille et la mettra à hauteur du mur. A la fin, nous ramassons le résultat de notre coupe pour l'empiler sur le tas de branchage qui nous sert de réserve à paillage. Les deux vélos que vous voyez derrière moi, sont à des participantes du rallye photo de Grenoble qui ont mitraillées le  jardin, le thème de l'heure était " lieux secrets de Grenoble", le jardin tombait à pic. Bonne chance à elles.

ciboulette 01Il est temps de transplanter la ciboulette. Elle est enfouie dans un carré individuel devenu collectif, c'est une grosse touffe que l'on va pouvoir facilement diviser en trois pour la répartir dans le jardin. Pas si facile que cela de la déterrer, elle était imbriquée dans des racines de menthe, gr gr gr. Mais pas rancunier, on la remet correctement en place, avec même un coup d'arrosoir pour lui faire oublier ce traumatisme. Le premier tiers est placé dans le spot aromatique de notre "Incredibe Edible", la deuxième touffe à la pointe d'un pétale du mandala, j'ai appris récemment, qu'une décision (ancienne ?) préconisait une plante aromatique à chaque pointe du pétale. C'est une excellenet idée. Nous plaçons la dernière ciboulette dans la plate-bande le long du mur. Des cailloux marquent ces emplacements avec la belle écriture de Fanny.

Déjà trois points du programme fait. Il est temps de passer à une partie ludique, la récolte des pommes de terre. Nous avions fait un petit briefing avec Michèle vendredi soir. Les pommes de terre sous paillage ne sont pas sorties de terre, il vaut mieux laisser tout en place sans perdre d'énergie. Il reste les pommes de terre "méthode traditionnelle" et celles de la butte. Nous différons la récolte des pommes de terre sous paille à un autre jour lorsqu'il y aura plus de jardinier.

récolte patate tradiNous commençons par la bande en méthode traditionnelle. Il y a cinq/six pieds, la récolte est encourageante. Avant de passer à la butte, nous remettons la terre en place avec un râteau et recouvrons d'un paillage en branche. Les yeux de Fanny brillent à chaque pomme de terre qui apparaît !

fanny christopheNous voila sur la butte, la tâche est plus compli- quée que prévu. Certes, le sol est plus facile à manipuler et plus lé- ger à soulever, c'est un mélange de paille, de compost, de branchage et de terre. Mais, les pommes de terre ont été plantées au milieu des pieds de tomates. Il faut donc faire attention de ne pas les abîmer. J'espère que cela a été le cas et qu'ils n'ont pas été trop perturbés par notre récolte, même si les tomates de ces pieds ont peu de chance de mûrir, la saison devient tardive (vidéo sur la photo).

abeille pollenEntre temps, Claire est arrivée et Mireille de la terre passe avec Sam (son chien), nous l'invitons (elle, pas lui !) au goûter vers 17H00. Claire se ballade, appareil photo à la main, dans le jardin, à l'affût de  biodiversité à saisir sur le vif. Voila ses deux trouvailles.

IMG_2039Sur une mê- me plante, une abeille a pris un bain de pol- len et n'a pas eu le temps de s'essuyer. Elle  volete de fleur en fleur tandis qu'une cétoine dorée tente de s'introduire dans un bouton pas encore ouvert. Je ne m'étends pas plus sur la cétoine dorée, Un coléopeterre (un vrai (lol)) qui marque la santé d'un bon compost, elle méritera un billet spécifique. Bref, la biodiversité se porte toujours bien au jardin.

mandalaDepuis l'opération semis d'hiver et engrais vert, le mandala devient lisible et visible. La touche en tuile de récupération qui marque son centre participe beaucoup à cet effet. Belle intuition de Marie Hélène.
Mireille de la terre est de retour, C'est l'heure du goûter, mais pas sans passer, tout d'abord,  par les massifs de framboisiers.

banc mireille



Mireille, après les travaux qu'elle a fait faire récemment chez elle et qui nous a permis de recueillir de la  terre pour notre jardin, fait débarrasser  sa cour demain, elle nous propose son banc en bois avant qu'il parte en fumée, nous l'acceptons.

récolte patateNous rap- patrions la récolte de pommes de terre (4 kg). Nous sortons notre banc à nous. Nous nous s'installons. 
gouter






Cidre, far breton aux quetsches, quelques cacahuètes et framboises, voila qui va nous caler l'estomac après le jardinage. Et ça papote tranquillement pour terminer l'après midi en roue libre.