jardin au soleil d'hiverIl fait soleil ce dimanche, pas le déluge d'hier ! Je passe au jardin le matin pour vider mon seau dans le compost, j'en profite pour faire un remuage de surface du bac de remplissage.

planches au soleil







J'étale les planches au soleil contre le mur pour les faire sécher, à peine posées, elles fument déjà ! Cela facilitera le sciage de cet après midi.

Je reviens au jardin à 14H00, Marie-Hélène est déjà arrivée, elle fait une petite récolte de côtes de blette et d'épinard. Nous examinons le plan du coffre que j'avais crobardé sur une feuille et le mettons en corrélation avec la dimension des planches à notre disposition. On convient très vite qu'on allait au maximum se simplifier la tâche. Comme trois planches ont une largeur de 25cm, deux feront l'arrière du coffre pour obtenir les 50cm voulu et la troisième fera l'avant du coffre, qui passe de 30cm sur le plan à 25cm, suivant le fameux principe de réalité. J'avais envisagé des pieds de 50cm (à enfoncer en terre pour la stabilité), on les réduit à 20cm par pure fainéantise ! Nous sommes d'accord sur le principe et les dimensions, il n'y a plus qu'à s'y mettre ... le reste ira en allant !

christophe mesurePremière action, scier les madriers, il nous en faut deux de 70 cm et deux de 45cm ainsi que trois planches de 1m85.
Vidéo de Marie-Hélène sciantLes scies sont de sorties. La mienne est moyennement efficace (elle a une excuse, je l'ai trouvé à la déchetterie), mais ne parlons pas de celle de Marie Hélène, les dents sont trop petites pour scier les madriers (elle a une excuse, quelqu'un l'a laissé sous la pluie une fois), du coup, c'est la scie prêtée par Mireille qui fait l'unanimité. Elle fera tout le sciage, on se la passe alternativement, lorsque l'un trace les mesures, l'autre scie et vice versa. Cliquez sur la photo de droite pour voir la vidéo du sciage de planche.

mhl cloueAu bout d'un moment, nous avons assez de planches pour bâtir le bas du coffre, au moins la face avant, la face arrière et une planche de chaque coté pour la stabilité. Visser ou clouer ? le choix est vite fait, j'ai utilisé toutes mes vis avant l'été pour faire le plancher des jardinières en hauteur, et j'ai trouvé lors de la grève du ramassage des déchets avant noël, un boite avec au moins 150 clous à la bonne dimension (toujours le principe de réalité). C'est donc marteau en main (et il y avait deux à disposition) que nous bâtissons ce fameux coffre, avec l'aide (et aussi sous son oeil attentif) d'Alison qui est arrivée entre temps.

coffre a moitié fini

Nous sommes assez satisfait de cette première étape. tout marche comme sur des roulettes. Vient maintenant une phase de réflexion, il faut terminer les cotés, qui seront ensuite sciés en biais pour faire l'inclinaison du coffre. Nous retournons au stock de planches pour déterminer celles, qui selon leurs largeurs, seront les plus aptes à cette fonction. Et c'est reparti pour une séance sciage et clouage. Allison vaincue par le froid s'en retourne chez elle. Le coffre est presque terminé, il est 15H30. On est bien chaud, on décide de s'attaquer aux plans inclinés et de terminer le coffre dans l'après-midi.

Vidéo sciage du plan inclinéPour notre confort, on déplace le coffre dans la parcelle collective pour travailler au soleil. Première constatation, c'est pas facile de scier en en biais. Garder la pente, scier droit, une vraie galère. c'est surtout les départs qui sont délicats (regardez la vidéo sur la photo de gauche).

vidéo fin du plan incliné

 

 

 

Mais, nous y arrivons, non sans peine. On ajuste au fur et à mesure, on répare les accrocs à la râpe à bois, on improvise et le premier coté est fait. Le soleil s'est caché, mais nous avons toujours bien chaud, la preuve, j'ai toujours mes manches relevées.(regardez la vidéo sur la photo de droite)

vidéo du dernier plan incliné

Puisque nous sommes encore chaud, on se lance dans le deuxième coté. Avec l'expérience, nous faisons moins d'erreur que pour le premier. Mais on sent la fatigue qui s'installe, il est temps que cela s'arrête. Au premier plan incliné, on se passait le relai tous les 10/15cm, à la fin de deuxiéme, on était plutôt sur des relais de 2cm .... (regardez la vidéo sur la photo de gauche, on me voit en train d'essayer de couper la jambe de Marie Hélène)

coffre terminé

 


Et voila le travail, à 16H15, le coffre est terminé. Nous le déposons près de l'espace aromatique, le choix de son emplacement définitif sera décidé en réunion saisonnière. Je ne pensais pas que nous arriverions à le terminer dès aujourd'hui, Notamment pour les plans inclinés, mais nous avions les bons outils, les bonnes planches de la motivation et la pêche ... ça aide !

mhl bêche

Avant de repartir, Marie-hélène propose de faire une petite récolte de topinambours. Et c'est fourche-bêche en main que nous déterrons trois pieds pour en extraire les tubercules.

récolte topinanbourg

 

 

 



Ce qui fait une petite récolte bien sympathique que nous nous partageons, juste récompense de nos efforts de l'après midi. On se donne rendez-vous au prochain week end, il faut maintenant réaliser le châssis, j'ai une semaine pour en faire un plan en fonction des matériaux à notre disposition.