bourdon sur phacélieJe prends le pont pour partir quelques jours en montagne. juste un petit billet sur la biodiversité qui se réveille avec le printemps. Et tout d'abord les insectes pollenisateurs. Bourdons et abeilles parcourent inlassablement le jardin, voletant de fleurs en fleurs. Phacélies, bourraches, sauges, toutes les plantes mellifères sont mises à contribution.

puceron sureau



Les pucerons sont aussi de retour. Le sureau est déjà bien attaqués sur ses jeunes pousses. C'est le puceron noir du sureau (Aphis sambuci). Il est inféodé au sureau et n'ira pas coloniser d'autres plantes. Il effectue tout son cycle sur le sureau, hivernant sur les racines, sous forme d’œuf d’hiver. Au printemps, les adultes forment des manchons noirs sur les jeunes pousses. Ils sont souvent accompagnés de fourmis qui viennent profiter de leur miellat, leur assurant une protection en retour. Les adultes accumulent la sambunigrine contenue dans les stades jeunes des tiges, des feuilles et des fleurs, et qui les protègent naturellement de certains prédateurs comme la coccinelle à sept points.

puceron fourmi limaceCette autre plante au milieu du jardin (dont je ne me souvient plus du nom et que beaucoup confonde avec la rhubarbe) est aussi porteuse de pucerons. Aussitôt, les fourmis amatrices de miellats viennent traire leur troupeau. Quand à la limace, elle doit se frayer un chemin au milieu de cette circulation effrénée pour atteindre son aire de pique nique.

coccinelle 07Qui dit pucerons, dit coccinelles. Même si ce sont les larves qui sont grandes prédatrices de pucerons, l'adulte prend part au festin à sa mesure. Les fourmis sont là aussi ... dans chaque parcelle, on trouve une fourmilière. Même que Martine a fait en cairn en galets au dessus de celle du carré des ados pour les protéger ! c'est dire que nous aimons la biodiversité.