récolte cacahuètesGrand rendez-vous au jardin pour ce magnifique week end ensoleillé d'octobre. Les jardiniers arrivent petit à petit. Première opération de l'après midi, récolter les cacahuètes. Il faut le faire avant les premiers froids et avant que les ravageurs ne les mangent avant nous. Avec John et Kader, nous entreprenons d'arracher les pieds un à un.

Pied cacahuète







Chaque pied donne entre 5 et 10 cacahuètes. Les cacahuètes du Niger sont une variété un peu plus petite que la variété que j'ai commandé à la ferme de Sainte Marthe. A la fin nous avons une bonne cinquantaine de gousses chacune contenant une ou deux cacahuètes, que nous déposons avec précaution dans l'assiette, que j'ai oublié de photographier !

opération compost

Il y a assez de jardinier pour improviser une opération compost, ce dont nous nous privons pas. A la fin de l'après midi, il n'y a qu'un bac qui n'a pas été transvasé, nous le programmerons dans deux semaines. Du coup, il y a une bonne quantité de compost entreposé le long du mur, il nous servira à préparer le jardin dès l'hiver pour le printemps.

coffre endive







Pour les même raisons que les cacahuètes, il est temps de mettre les endives en silo. J'ai préparé pour l'occasion un petit coffre en assemblant deux tiroirs trouvé à la déchetterie, que j'ai doublé d'un plastique de douche noir, bien opaque.

récoltes endive 02



En tout premier, il faut arracher avec précaution les racines de chicorée pour ne pas les abîmer. C'est ce que nous faisons avec John, sous l'oeil attentif de Christine.

récolte endive








Et de Fabrice. La tâche est rude, nous alternons l'emploi de la fourche bêche.

racines endives




Le tas de racines de chicorée monte. Le résultat est très disparate. De grosse racines "réglementaires", des racines plus petites, A cause d'un éclaircissement aléatoires à la fin du printemps, et des racines fourchues du à l'abondance de cailloux, il aurait fallu mieux préparer la parcelle. Quand à les arracher sans les casser au bout, c'est pratiquement impossible dès qu'elles dépassent 25 centimètres, on atteint la limite de la terre arable et du remblai mis par la ville de Grenoble à la création du jardin. On débute dans le métier et on engrange l'expérience. ce sera mieux l'an prochain.

préparation endives


Deuxième étape, nous préparons les racines. Nous coupons les feuilles à 2 centimètres du collet et retirons les excroissances des racines. Très joueurs, nous gardons les racines fourchues et biscornues. On verra bien le résultat à la fin, qui ne tente rien n'a rien.

racines endives préparées





Voila le résultat final de cette étape. Pour une première tentative, c'est encourageant (un peu d'autosatisfaction ne fait jamais de mal).

endive en silo




Dans la couche sous châssis (ce qui permettra de garder les endives au chaud), nous creusons un trou pour ensiler les racines en laissant juste apparaître les collets, nous recouvrons le tout de terre que l'on arrose copieusement pour que la terre adhère bien au racines et nous plaçons le coffre au dessus.

silo endive paille





Il reste à remplir le coffre de paille pour garder la chaleur.

Silo endive opaque








Ensuite, rabattre le plastique noir pour obtenir un noir total.

Silo endive fermé





Et enfin, glisser le couvercle dans les rainures prévues à cet effet pour finaliser le silo. Les racines sont enterrées, elles sont au chaud, elles sont au noir, elles ont de la place pour se développer ... on ne peut plus rien pour elle, juste attendre que les endives pointent le bout de leur nez ... et cela dépendra de la température, de la pluie, de la force des racines .. Wait and see.

florian arrose



Le reste du jardin s'active. Florian arrose les jardinières en hauteur.

potiron emmanuel









Emmanuel récolte son petit potiron bleu de Hongrie.

carotte emmanuel




Mais aussi les deux carottes sur son carré. Ce sont des carottes repiquées, voila pourquoi elles ont le bon diamètre mais pas la bonne longueur. Et voila aussi pourquoi les jardiniers confirmés disent que la carotte ne se repique pas ! Mais nous sommes très joueurs au jardin.

apéro jardinier





L'après midi se termine autour d'un apéro jardinier. On croque dans les cacahuètes fraîches, accompagnées d'un bissap maison apporté par Christine. C'est un sirop d'hibiscus (que l'on appelle aussi karkadé en Egypte). Kader m'a apporté du Niger des graines de cette variété d'hibiscus, on va pouvoir faire notre bissap du jardin l'année prochaine. Au fait, les cacahuètes du jardin sont dans l'assiette blanche au centre de la photo ....