Je passe après le boulot, je veux m'avancer en jardinage avant samedi après midi où il faudra s'occuper du compost, des murs à lézards et du jardinage. J'ai juste apporté quatre des six plants aromatiques reçus la semaine dernière.

ail des ours 01Tout d'abord, je plante l'ail des ours près du mur pas loin du compost, entre le muguet et les soucis. D'accord on ne voit rien, c'est pour cela que j'ai mis un caillou avec son nom écrit dessus. Comme l'a précisé l'horticulteur sur le godet, c'est l'état normal de la plante à cette saison.  L'ail des ours apparaît au printemps pour disparaître à la première chaleur.

Je passe aux carrés aromatiques et complète un carré avec l'angélique et un autre avec la sauge sclarée. En fait, il y avait deux pieds de sauge sclarée dans le godet, le pied normal et un plus petit sans beaucoup de racines. Je l'ai mis à coté, des fois qu'il reprenne !

Angélique

sauge sclarée 01










verre de terre 02Mais voila, qu'au beau milieu de mon jardinage, un ver de terre, que j'ai du déranger, cherche à se cacher sous mes outils. Belle bête ! Je sors le mètre pour donner l'échelle. Il fait déjà au bas mot ses quinze centimètres. Je pense qu'il doit être encore plus grand que cela. Je le porte près de la borne fontaine pour qu'il puisse bien s'étaler, il arrive alors à 23 cm. Ce doit être le ver de terre commun ou européen, le Lumbricidae européen. Ca se déplace vite, cette bestiole, regardez la vidéo en cliquant sour la photo ci-dessous.verre de terre 01



Cet intermède étant terminé, je vais planter le pied de livéche à coté de la ciboulette dans la parcelle des carrés individuels. Pas la peine de le mettre avec les aromatiques, Elise a déjà repiqué le sien et il est bien plus beau et grand que celui-ci.

livèche 02Pour finir, je sors le décamètre, un cordeau, papier et crayon, je commence à prendre quelques mesures du jardin pour en faire le plan. La faim me tenaille, je m'apprête à repartir à vélo lorsque des italiennes viennent se faire photographier sous la tonnelle en saule, quel succès cette tonnelle. On papote un peu, c'est une étudiante italienne qui fait visiter Grenoble à sa famille. Elle habite le quartier et fait du lombricompostage chez elle, mais n'a pas de jardin (elle est bien embêtée !). Elle me demande si elle peut le déposer à coté du compost, je lui répond qu'il sera le bienvenu.